dimanche 15 avril 2007

Monographie - Les Postiers (Franck)

Au travers de recherches, d’enquêtes et de mes analyses, je me suis essayé de présenter ce qu’est le métier de postier, ses évolutions, ainsi que ses enjeux actuels, au travers de différentes parties.

Recherches bibliographiques
Les services postaux de l’Antiquité
Le métier de postier remonte à plusieurs milliers d’années avant Jésus-Christ, d’abord en Chine, puis en Egypte et en Assyrie. A cette époque, le postier est considéré comme un messager. Il ne transporte que des documents officiels et seule une partie restreinte de la population y a recourt. Au fil du temps, la distribution s’est ouverte aux correspondances privées et les moyens de distribution se sont développés à vive allure, notamment ces deux derniers siècles.

L’histoire des postiers ambulants
Voilà une dizaine d’années que les derniers postiers ambulants ont rangé leurs sacs de voyage et que les derniers wagons postaux ont disparu des gares. Autrefois, tout se faisait à la main, dans une grande promiscuité, souvent la nuit, dans la chaleur étouffante l’été ou les courants d’air glacés l’hiver, dans la poussière, le bruit, les cris, les haut-parleurs des gares, les secousses, l’affolement des fermetures, la fatigue et le sommeil. Il fallait vraiment aimer cette vie de nomade difficile, loin de sa famille. Cependant, la plupart des ambulants n’auraient jamais voulu changer d’affectation, tant par l’ambiance qui régnait et la hiérarchie peu pesante, que par le travail en équipe, malgré un état d’esprit souvent très indépendant. Depuis, les conditions de travail ont évolué.

Les activités et le rattachement
Sur les 325 000 agents de La Poste, 100 000 facteurs et 20 000 agents de tri sont chargés d'expédier les plis 24h/24, 6/7 jours. Professionnel emblématique de La Poste, les activités du postier se décomposent comme suit :
tri du courrier au bureau de poste en fonction des rues et des numéros
transport et distribution des plis dans les boîtes aux lettres
relevé du courrier dans les différentes boîtes aux lettres réparties dans la ville

Le postier est rattaché à une ville donnée, dans l’un des 6.000 bureaux de poste français. Son travail dépend de l'agent de tri qui est relié à l’un des 130 centres de traitement ainsi qu’à l'opérateur de colis qui exerce son activité sur une plate-forme de tri spécialisée. Ces trois types d’agents sont rattachés à un chef d'équipe chargé d'organiser le travail.
Les modes de recrutement et les évolutions de carrière
Les méthodes de recrutement à La Poste, qui autrefois demeuraient très simples, se sont complexifiées avec l’ouverture progressive à la concurrence permettant ainsi d'effectuer des prérecrutements. Dorénavant, il faut être au minimum titulaire du BEPC et du permis de conduire B. La sélection s’effectue sur CV, lettre de motivation, tests écrits, entretien d'embauche, puis d’un apprentissage. A ses débuts, le facteur débutant poursuit une formation de poste en doublure avec un facteur plus ancien pendant trois jours et gagne 1 221 € brut par mois.

Un postier peut valoriser son expérience au bout de trois années d’ancienneté, en progressant vers un poste de Facteur de niveau senior, vers des fonctions de techniciens ou bien des postes de management où il peut prendre en charge un secteur en encadrant une équipe. Il peut également s'orienter vers des fonctions en bureau de poste en devenant guichetier.

Le rôle social des postiers
La courtoisie, le sens du contact et la confidentialité sont les règles d’or, indispensables au métier de postier pour qu’il puisse entretenir de bonnes relations avec la clientèle. « Le facteur sait beaucoup de choses de la vie des gens. Il se doit d’être discret ». « Nous avons un réel rôle social : si on voit les volets fermés, on va se renseigner… » m’a confié un postier de campagne.

Au travers de ses tournées journalières, le postier véhicule une bonne image du service public, davantage en campagne que dans les villes, où il connaît souvent les habitants et entretient avec eux des relations très courtoises, voire amicales. Il peut même être le confident de la famille, celui qui sait tout des habitudes, des attitudes, des rumeurs du village… . Il est vrai que le facteur est perçu comme étant un acteur essentiel, qui véhicule du lien social et noue avec ses clients une réelle relation de confiance.

En outre, le postier peut servir d’intermédiaire pour certaines opérations financières pour des personnes incapables de se déplacer. Il peut également délivrer certaines provisions pour les villages relativement éloignés des villes.

Le vélo du postier
Le vélo est pour le postier plus qu’indispensable : il est vital. « Un postier sans vélo, c’est comme une France sans fromage » m’a dit ironiquement un ancien postier. D’ailleurs, c’est à cela que le postier est reconnu. Ce lève-tôt effectue chaque jour sa tournée à vélo quelque soit le temps. Au travers de cela, les postiers sont fiers de contribuer à la bonne tenue du service public et de jouer un rôle social dans certains cas. La pratique du vélo implique donc une bonne endurance physique et morale (lorsqu’il pleut ou qu’il fait –10°). L’ensemble des postiers parcourent ainsi chaque jour près de 50 fois le tour de la terre… Mais que va-t-il advenir du vélo avec l’ouverture à la concurrence d’ici 2009 ? Ne va-t-on pas le remplacer ?


Grandes évolutions
Statut de l’entreprise et des agents
La loi QUILES du 2 juillet 1990, relative à l’organisation du service public de la poste et des télécommunications, a profondément réformé les PTT en créant 2 entités distinctes : La Poste et France Télécom. La loi a fait évoluer le statut de ces 2 anciennes administrations publiques en leur conférant, dès le 1er janvier 1991, la personnalité morale de droit public. La Poste est ainsi devenu un service public géré de façon autonome par un Conseil d’Administration, finançant elle-même ses activités. De plus, tout nouvel entrant devenait systématiquement salarié de droit privé.

Les évolutions technologiques et l’ouverture à la concurrence
Le développement des nouvelles technologies a eu de fortes incidences sur la distribution du courrier. D’une part, le déploiement des nouveaux moyens de transport et l’apparition des machines ont permis de gagner en productivité et de « pré trier » le courrier, activité qui restait auparavant à la charge des postiers. D’autre part, l’arrivée des nouveaux canaux électroniques ont modifié les comportements des clients : les particuliers utilisent moins le courrier physique ; les entreprises modifient leur façon d’acheter et de consommer le courrier.

La Poste, groupe multi-métiers, est concurrencée à hauteur des 2/3 de ses activités. Sous l’impulsion de directives européennes, le quasi monopole du Courrier devrait disparaître dès 2009. L’entreprise cherche donc à faire des économies en privilégiant la voie du personnel. De plus, la priorité est maintenant le courrier d’entreprises étant donné que les particuliers sont moins rentables.


Portrait des postiers
Le syndicalisme
Né aux alentours de 1900, le syndicalisme aux PTT s'est très vite distingué du syndicalisme de l'ensemble de la fonction publique, en se dotant d'organisations spécifiques à la "corporation", qui tiennent leur légitimité du nombre des agents concernés et des luttes particulièrement vives menées au sein de l'Administration des PTT. Les grèves de 1909 marquèrent durablement les relations sociales dans ce service de l'État. Le conflit de l'automne 1974 fut un évènement mémorable tant il paralysa l'économie française durant plusieurs semaines. Le syndicalisme, toujours plus puissant, a souvent été tenté de privilégier le "rapport de force" conflictuel plutôt que la négociation, rendant ainsi difficile le "dialogue social" dans l'entreprise. La fragmentation du syndicalisme, l'étendue du territoire, le nombre des salariés et le bureaucratisme des structures de l'organisation n’ont certainement pas contribué à l’amélioration de cette tendance. Tandis qu’à France Télécom, dont le secteur d'activité est ouvert depuis quelques années à la concurrence rude d'autres opérateurs, les défis technologiques et les modes de gestion ont déstabilisés les anciennes structures syndicales, le syndicalisme a La Poste a toujours tenu une place importante, son objectif étant de faire face à la "libéralisation" du marché des services publics. Force est de constater qu’en 2005, 6,7 millions de jours d’absence ont été dénombrés.

Olivier BESANCENOT : un postier engagé
Fils d'un professeur de collège et d'une psychologue scolaire, Olivier BESANCENOT est né le 1 avril 1974 à Levallois-Perret. Aux vues de son cursus universitaire (licence d'histoire et maîtrise d'histoire contemporaine), il était vraiment difficile de deviner que cet étudiant modèle deviendrait un jour postier. Pour quelles raisons ? Pourquoi n’est-il pas devenu professeur ? Sans doute parce qu’il avait la révolte dans la peau. Il a choisi un tout autre parcours : la politique et pas n’importe laquelle. En effet, aux côtés d'Alain KRIVINE et de Roseline VACHETTA, Olivier BESANCENOT est l'un des trois porte-paroles de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), une des formations politiques d'extrême gauche françaises. Il se définit comme un « communiste altermondialiste » et combat ce qu'il appelle « le capitalisme moderne ». Il dénonce les profits réalisés par les entreprises qui, selon lui, ont trop souvent tendance à se répartir entre l'État et l'entreprise elle-même, au détriment de la distribution de dividendes aux salariés. Selon ses idées politiques, ce capitalisme moderne aurait acquis une certaine puissance visant à influencer les décisions politiques. Après s’être présenter à l'élection présidentielle de 2002 où il a remporté 4,25% des suffrages (1 300 000 voix), il réitère l’opération pour 2007. Son slogan : « Nos vies valent plus que leurs profits ». Comment un étudiant aussi diplômé a-t-il choisi de devenir postier, les conditions de travail n’étant pas des plus optimales ?


Analyse de la presse
L’offensive contre les régimes de retraite spéciaux
En pleine période d’élection présidentielle, les différentes classes politiques ne s’empêchent pas de condamner l’existence des régimes spéciaux de retraite de certaines catégories de fonctionnaires, la SNCF étant la principale entité visée. D’autres candidats tentent de justifier l’existence de ses « privilèges ». Ce combat d’idées semble regagner l’esprit d’une majorité de français bâti, semble-t-il, sur un amalgame entre les administrations qui jouissent de ces régimes spéciaux, et ce qui ne sont pas concernés. Or, La Poste semble être assimilée à ces administrations qui « profitent du système ». Pourtant, il n’en est rien. En effet, ouverture à la concurrence oblige, La Poste n’est plus, depuis 1991, et au même titre que France Télécom, une administration publique, mais une entreprise de droit public. Cette évolution de la terminologie signifie que le groupe ne perçoit plus aucunes subventions de l’Etat et qu’elle finance ses projets, rémunère ses agents, et traite ses fonctionnaires elle-même. En revanche, il est à noter que La Poste participe en partie au financement des retraites des anciens agents la SNCF.

L’avenir du service public
Le 14 novembre dernier, un postier sur trois était en grève pour contester la directive européenne qui prévoit l’ouverture totale du courrier à la concurrence d’ici 2009 dans toute l’Europe mais surtout pour dénoncer leurs faibles salaires, l’aggravation des conditions de travail, les suppressions d’emplois et la dégradation du service rendu aux usagers. Ces manifestations avaient pour objet de faire pression sur le gouvernement français qui dispose d’un droit de veto contre la directive. Les postiers redoutent de voir un service public affaibli et totalement dépourvu de son rôle social. La crainte est perceptible et compréhensible car de plus en plus de postes sont supprimés. Si l’on étudie les répercutions de l’ouverture à la concurrence des télécoms, les anciennes unités syndicales chez France Télécom semblent avoir totalement disparu.

La disparition du métier de postier
Il semblerait que l’ouverture à la concurrence ait un impact sur le métier de postier qui selon les médias risque de subir de plein fouet cette évolution. La libéralisation totale du marché du courrier représente une véritable menace pour ce métier. Le facteur pourrait faire les frais d’une réorganisation de l’entreprise sur les activités qui lui rapporte le plus, sachant que la priorité est maintenant donné à la distribution du courrier aux entreprises, les particuliers étant moins rentables. De plus, l’arrivée massive de concurrents est redoutée par les habitants de villages éloignés des centres-villes. Ceux-ci voient d’un mauvais œil l’arrivé de concurrents sur la marché. Les services que pouvaient rendre certains facteurs de campagne font l’objet de pression de l’entreprise publique. On interdit aux agents de faire dans le social ce qui dénature de plus en plus l’image emblématique que l’on se fait du métier de postier. Même si certains s’opposent fortement à de telle mesure, il semblerait que le postier d’antan n’ait plus trop de ressemblance avec le postier de demain.


Conclusion
L’étude que j’ai réalisée autour du métier de postier reste marquée par la libéralisation totale du courrier dans toute l’Europe. Le métier de postier est en passe d’endurer de grandes restructurations que le groupe expérimente actuellement. En effet, pour économiser la main-d’œuvre, nombreuses sont les requalifications que subissent les postiers. J’ai été frappé par le nombre de blog, de forum ou de site internet de facteurs qui témoignent de la vision qu’ils se font de l’avenir, de leurs inquiétudes quant à la destinée de leur métier. Pour conclure, je me permettrais de dénoncer non pas l’ouverture des frontières dans le domaine du courrier, mais les conséquences et les incidences que cette mesure fait émerger : la disparition du rôle social du facteur.

Bibliographie
§ RIVOIRE Emmanuelle (2002), Raconte-moi … La Poste, Paris, Nouvelle Arche de Noé Editions, Collection du Citoyen, 2002, 31 p.
§ DOUMAYROU Fanny – Un postier sur trois en grève – L’Humanité, 15 novembre 2006
§ TRENTESAUX Jacques – Le postier nouveau est arrivé – L'Express, 6 juillet 2006
§ MICHEL Anne – Grève à La Poste du Louvre – Le Monde, 28 mars 2007

Webographie
§ www.wikipédia.fr
§ www.tout-savoir.net
§ www.facteurs-en-france.com
§ www.laposte.fr




1 commentaire:

Celia a dit…

Keep up the good work.